Le statut auto entrepreneur est-il en danger ?

Voilà une question qui brûle les lèvres de plus d’1 million de Français qui ont rejoint le monde de l’entreprenariat depuis 2009.

La source de la polémique

En effet la ministre Sylvia Pinel a expliqué en début de mois, la nécessité de réformer le statut pour qu’il ne permette plus une concurrence déloyale avec les artisans du bâtiment et qu’il offre une meilleure protection sociale.

Des éléments avaient été cités pour une probable réforme :

- Statut limité dans le temps
- Modification du régime
- Interdiction de devenir auto entrepreneur dans le domaine du btp

Fin de la polémique, début des audits

Mardi dernier, le 19 juin, Sylvia Pinel recevait la Fedae (Fédérations des auto-entrepreneurs) pour mettre fin à cette polémique et rassurer le public.

Le premier élément important qui ressort de cet échange est le désir d’un dialogue constructif tourné vers l’égalité et la parité.

Ensuite cet échange a donné lieu au lancement d’un audit, audit très complet qui sera fait avec tous les partenaires locaux et régionaux qui touchent à l’auto-entreprenariat avec pour objectif de dresser un bilan.

En parallèle la Fedae lance son tour de France l’auto-entreprise et va à la rencontre de ceux et celles qui ont adhéré à ce statut pour connaître leurs revendications, leurs besoins et les améliorations qu’ils souhaitent observer.

Malgré cette entente cordiale et ce choix d’avancer la Fedae demande à ce que certains avantages spécifiques du statut d’auto entrepreneur ne changent pas.

Le régime simplifié, l’absence de TVA, surtout aucune limitation dans la durée du statut et la dispense d’immatriculation au RCS.

Il ressort aussi de façon très clair dans cet échange que ce statut a une place de choix dans les milieux ruraux, qu’il contribue au développement de l’économie de nos campagnes.

Enfin pour tous ceux qui souhaitent exprimer leur avis, une pétition est disponible ici : http://www.federation-auto-entrepreneur.fr/petition.php

Notre vision de l’avenir

Le statut d’auto entrepreneur n’est pas en danger selon nous, en effet le gouvernement n’a aucun intérêt à se passer d’une recette fiscale d’1 milliard d’euros.

Il est par contre nécessaire de faire évoluer le statut, il est vrai que le mot réforme fait peur, car l’habitude tenace veut qu’une réforme nous conduise sur une perte des acquis sociaux.

Dans ce cas très précis, il faut le percevoir comme une amélioration d’un statut qui a été développé rapidement, un peu comme une mesure qui visait à améliorer les statistiques et qui finalement s’est avéré être un outil positif pour tous ceux qui souhaitent entreprendre sans prendre des risques trop importants et sans pour autant s’investir à plein temps dans leur activité.

Mais et nous le voyons particulièrement dans le domaine de l’assurance, il est aussi important de sensibiliser l’ensemble des acteurs aux risques, aux devoirs et aux obligations d’un entrepreneur, peu importe son statut.