Puis-je utiliser mon véhicule privé pour mon activité d’Auto-Entreprise sans changer d’assurance ?

l'assurance de votre voiture personnelle pour votre activité professionnelle AE Le statut d’Auto-Entreprise est idéal pour démarrer une activité. D’une part lorsque l’on ne dispose pas de ressources importantes, mais surtout par le fait que l’on ne paye les charges sociales et impôts que sur les sommes encaissées. Aussi un nombre croissant de personnes, artisans, retraités, étudiants, etc., y trouve un complément de revenu ou teste une future activité principale.

Dans tous les cas les besoins de déplacements engendrés, font recourir au véhicule personnel qui devient ainsi un instrument de l’activité professionnelle. En conséquence le type et le niveau de risque ayant changé, l’assurance auto qui le couvre doit aussi être modifiée. Profitez en pour réviser votre contrat, comparez les offres d'assurance auto en ligne ci-dessous ↓.

Nouveau ! Comparez en ligne les assurances AUTO

L’usage professionnel du véhicule privé

L’assurance automobile d’un véhicule de particulier couvre les risques afférents au déplacement strictement privé (et aux trajets domicile-travail pour les salariés). Par conséquent si l’on souhaite faire usage de son véhicule dans le cadre de son activité d’Auto-Entrepreneur, il faudra en informé son assureur. Celui-ci aux vues des informations qui lui sont fournies par son client, soit ajoutera une clause d’usage mixte (extension de garantie), soit transformera le contrat en assurance auto professionnelle. Voici deux exemples pour illustrer le propos.

Le cas particulier des Voitures de Tourisme avec Chauffeur

Le système économique des USA a la particularité de permettre de générer des revenus à partir de n’importe quel type d’activité, aussi loufoque ou impensable (sur le vieux continent) soit-elle. Pourtant il suffit généralement de quelques mois pour que ces nouvelles activités débarquent en Europe. Ainsi en est-il des Voitures de Tourisme avec Chauffeurs, dont l’acronyme VTC entraine des crises d’urticaire chez la très respectable profession des chauffeurs de taxi.

Nous allons donc clarifier ici le sujet sur le plan du Droit. Parmi les métiers ou activités qui sont interdits aux Auto-Entrepreneurs, figure le transport de personnes à titre professionnel. Cela a le mérite d’être clair. Pour autant le diable se cachant dans les détails, les personnes s’adonnant à l’activité de VTC ne sont pas considérées comme transporteurs professionnel ….mais comme effectuant du covoiturage. L’administration considère en effet qu’à la condition de ne pas percevoir de revenus, mais seulement une certaine somme (???) destinée au partage des frais, il n’y a pas d’activité professionnelle. L’on est donc en plein « flou artistique » pour ne pas dire hypocrisie. Soit l’Auto-Entrepreneur se contente d’une somme dérisoire qui naturellement ne couvre pas l’assurance professionnelle automobile.

Avec la certitude de se retrouver devant les tribunaux au premier accident. Soit il souscrit ce type d’assurance en relevant ses tarifs, … et c’est la condamnation pénale assurée pour exercice illégal d’une profession réglementée. Pour le moment, et en attendant une clarification de la législation, il vaut mieux se tenir éloigné des offres mirobolantes de sociétés de VTC, pour la plupart situées hors de l’hexagone.

BON A SAVOIR : Le changement d'usage vous permet de résilier sans délais votre assurance auto. Profitez en pour comparez les assurances auto et obtenir une meilleure offre